Comme accompagnatrice ou soliste ...

Rédigé le 29/06/2021
Daniel Friedli


L’huile d’olive est très polyvalente et se prête à des compositions culinaires simples ou parfaitement gastronomiques. On peut la chauffer jusqu’à 180°C sans la dénaturer. Faire mijoter vos plats à basse température, ail, oignons, poireaux, tomates, courgettes, aubergines, poivrons ou autres, mais évidemment, c’est à son état originel qu’elle brille, et qu’elle éclipse les huiles plus communes ou plus ternes. Les meilleures huiles sont des huiles dites “de finition”, dont le goût typé apporte la touche finale à un poisson juste servi, à quelques légumes légèrement étuvés, ou à un fromage artisanal.

 


A froid, comme condiment pour aromatiser les mets cuits, elle est idéale et appelle tous les fins gourmets. L’huile d’olive au naturel, ou aux différents agrumes et herbes, rehausse les crudités de poissons et les carpaccio, les salades vertes, sauvages, de cressons, d’asperges, de doucette ou de roquette. Toutes les soupes printanières, estivales ou même hivernales profitent également de l’huile de l’olive, savoureuse aussi sur un coin de fromage, spécialement les fromages frais, ou les desserts aux melons, fraises ou sorbets.

 


On peut aussi utiliser un huile de haute qualité mais moins typée pour préserver des légumes, des fromages ou des fines herbes, tel le célèbre pistou de basilic utilisé partout dans le monde.